• Racontez-Vous

Le confinement en poème

Gérard est un bénévole très actif de la maison de quartier des Dervallières. C'est à travers un poème qu'il partage ses émotions durant cette étrange période : la peur, la tristesse, et finalement l'espoir d'un lendemain solidaire et innovant.


LE TEMPS DU CONFINEMENT Étrange période que l’on vit présentement Qu’un virus nous assaille impunément Au point que nous soyons tous en confinement Alors notre quotidien change assurément. L’épidémie se développe, suspendant le temps, D’un pays à l’autre et même franchissant les continents. Ce sont les plus fragiles qu’elle frappe aveuglément… La fièvre apparaît, y succède la disparition du goût des aliments Peu à peu s’installe l’essoufflement jusqu’à asphyxier le patient Au point qu’un assistant respiratoire supplée au manquement. Sous la surveillance consciencieuse et assidue des soignants. De l’ambulancier au médecin tous se démènent passionnément Pour accueillir, rassurer, examiner, orienter, soigner activement. Les jours passent, les semaines se suivent, mais affluent les gens Certes nos aînés majoritairement, mais aussi des amis ou parents Quelques uns guérissent, d’autres décèdent d’épuisement Dans une lutte contre « un covid19 » des plus envahissants. Les sépultures s’organisent rapidement mais douloureusement. Jour après jour s’alourdit le bilan, frappant aussi les soignants. Alors qu’ils s’engagent davantage, ils méritent les applaudissements Tout comme ceux qui permettent une continuité pour les habitants. Ceux-ci sidérés par l’évènement ont dû s’organiser prestement. Aménageant dans l’urgence leur emploi du temps, Acceptant de vivre différemment, mais aussi solidairement. Voilà le challenge à relever immédiatement, et pour longtemps. L’impact aura été si violent qu’aujourd’hui on en ignore la portée évidemment Ce qui est certain, pour chaque famille ou chacun, n’est il pas temps De regarder dans notre quotidien, ce qui est « impor-temps » Car chaque jour, n’y a t’il pas matière à questionnement ? D’abord parce que les élans de solidarité exprimés ne sont ils pas méritants Pour être appelés à s’inscrire dans le temps et peut être en élargissant Pour ne pas être dans l’entre-soi, quand surviendra le dé-confinement ? Si nous avons été abreuvés d’informations, nous devons être prudents Ne pas cautionner d’éventuelles querelles politico-médicales sur l’évènement De cette crise sanitaire qui nous impose des incertitudes lourdement Ayons l’humilité de reconnaître que nous ne sommes pas surpuissants Que l’essentiel est peut être à portée de regard tout simplement. La consommation de plaisirs de bouche, de congés, loisirs assurément Est requestionnée pour envisager à l’avenir de la faire différemment. Les valeurs de partage, de solidarité, certains en les appliquant Nous ont montré que si le lien social est important, Il se tissera par l’implication de tous en écoutant La parole de chacun et peut être même en l’encourageant Pour recueillir l’expression des blessures ou des cicatrices dues à l’isolement.. Nous aurons eu peur, été méfiants, tristes, voire compatissants. Pour ce demain du dé-confinement, il nous faudra être innovant. Et puis accepter d’être patient, tolérant car ce ne sera pas « comme avant ». Montrer aussi que la jeunesse bousculée pourra se re-projeter pourtant Quitte à répondre présent s’il viennent à nous pour questionnement.

Gérard

1er Mai 2020

Photographie : "Confinement en appartement", AltosoPhotos

0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now